FLEXITARISME, UN NOUVEAU MODE DE CONSOMMATION


Peut-être l’avez vous déjà entendu au détour d’une conversation. “Flexitarisme” est le nouveau mot à la mode. Même s’il existe déjà depuis une dizaine d’année, le régime “Flexitarien” commence seulement maintenant à prendre de plus en plus d’importance et désigne les personnes qui sont principalement végétariennes mais qui, quelques fois, mangent de la viande.

> Être fléxitarien, qu’est ce que ça veut dire ?


Certaines personnes se disent flexitariennes parcequ’elles s’octroient de temps en temps un jambon-beurre alors qu’elles ont plutôt un penchant pour le tomate-mozza d’ordinaire. Attention, dans ce cas, vous êtes simplement omnivore. Être Flexiterien(ne) concerne d’abord une prise de conscience, celle de manger mieux. Vous consommez des produits bio ou de saison, des aliments frais et non-transformés, vous consommez moins de viande mais surtout, vous la consommez mieux. Un poulet fermier d’élevage le dimanche midi par exemple.

Les végétariens et les vegans sont des personnes concernées par la cause animale,
un flexitarien est quant à lui dans une optique d’une meilleure consommation.


@Cybergrunge est fléxitarien depuis deux ans, il mange en moyenne de la viande deux fois par semaine mais pas n’importe laquelle puisqu’il consomme presque exclusivement du bio ou des appellations d’origine. Pour lui, il ne s’agit pas d’un automatisme mais d’une démarche réfléchie. En effet, pour un flexitarien, manger de la viande est un plaisir qui doit rester rare car il a une incidence écologique et éthique.
Cybergrunge nous dit avoir toujours eu “une fibre écologique coriace” mais c’est en discutant avec un couple d’amis végétariens qu’il a ouvert les yeux sur l’empreinte carbone de l'élevage comme sur la réalité sordide de l’élevage industriel. Pas question de devenir complètement vegan, une décision radicale qui n’a selon lui que peu de chance de se prolonger dans la durée.

> Ne pas confondre avec le régime vegan

En lisant le rapport Campbell (ouvrage nutritionnel qui établit la relation entre la consommation de viande et les maladies) puis en étendant ses recherches sur la consommation de produits animaux, Elodie est devenue vegan stricte pendant quelques mois mais ce “terme” ne lui convenait pas. Rappelons qu’un vegan ne consomme aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation.


Ayant eu plus jeune des troubles du comportement alimentaire, ce mode d’alimentation totalement sous contrôle est devenu beaucoup trop anxiogène pour elle. Socialement, cela devenait très contraignant et, surtout, elle avait l’impression que manger une demi tranche de jambon était considéré comme “une catastrophe”. Elodie a donc choisi de devenir flexitarienne en mangeant vegan la plupart du temps et en consommant comme tout le monde lorsqu’elle est invitée ou au restaurant de façon à n’avoir aucune frustration.

Choisir de devenir flexitarien c’est donc prendre conscience qu’on a donné trop de place à la viande dans son alimentation (car cela a des effet néfastes sur la planète et notre santé) et décider d’en limiter la consommation sans pour autant la rayer complètement de la carte. Pour des raisons qui leur sont propres (le goût de la viande ou de la volaille par exemple), les fléxitariens choisissent ainsi de na pas devenir totalement végétariens en s’accordant quelques repas où la viande est présente.

Et vous les Paulette, vous connaissiez ce mode d’alimentation?
Cécile Espinasse

Cécile, Rédactrice en chef beauté, 25 ans, Paris
Un surnom ? Cécile-Chou
Une lubie ? L'OR-GA-NI-SA-TI-ON
Un plat ? Le saumon (mon préféré) sous toutes ses formes
Un produit de beauté ? Le rouge à lèvres
Une devise ? Pas de bras, pas de chocolat
> https://twitter.com/cecileespinasse

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.