ELISE CHALMIN X SARENZA, LA COLLAB CHIC ET COLORÉE DE LA RENTRÉE


Crédit photo: Sarenza 

Après Camille Walala, Shourouk et Valentine Gauthier, c’est au tour d’Elise Chalmin, jeune créatrice très connue pour son célèbre T-shirt cœur, de collaborer avec Sarenza. Pour cette rentrée, place aux imprimés géométriques pour un look chic et coloré. Chez Paulette, nous n’avons pas résisté et nous avons pour l’occasion posé quelques questions à cette pétillante créatrice.
 
Bonjour Élise, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Elise Chalmin, j’ai 27 ans, j’habite à Paris et je suis designer textile. J’ai créé ma propre marque, elle est principalement vendue en ligne et par quelques distributeurs ici et là !

Quand as-tu commencé ton aventure seule ?
J’ai commencé il y a 3 ans, au mois de mars. Nous sommes maintenant 3, mais il y a encore 6 mois j'étais seule !
 
Comment as-tu décidé de créer ta marque ?
Pour mon projet de fin d’études, je voulais créer un magazine pour mon diplôme.J’étais en école de communication et d’ illustration. Je voulais créer un magazine où j’aurais tout fait. De la mise en page, en passant par l’édito et la photo. Mais les profs m’ont dit que ça marchait pas comme ça et que si je voulais faire du graphisme, il me fallait un portfolio de graphisme. Idem pour la photo. J'étais avec une amie à Londres qui faisait du stylisme photo. Elle a voulu créer un vêtement, elle a fait la coupe et moi je me suis occupée des imprimés. Nous avons donc fait un vêtement, un shooting et une vidéo.  Mes profs ont adoré, ils en voulaient plus ! J’ai créé 5 tenues différentes avec un site internet comme pour une vraie marque. Après mon diplôme, j’ai réédité les tissus que j’avais faits sur des tote bag, pochettes et de la papeterie. J’ai commencé à vendre sur le site internet que j’avais créé. J’ai reçu des mails pour acheter les vêtements et c’est là que tout à commencé !
 
En 3 ans, ta marque a grandi et s’est imposée. Comment as-tu procédé pour qu’elle évolue aussi vite ?
Je n’avais pas de business plan, aucune stratégie marketing, mais j’ai harcelé les journalistes pour avoir des parutions. Au début, ils n’étaient pas très réceptifs. Au final, très peu de créateurs les démarchaient comme ça ! À force, j’ai eu pas mal de presse. J’ai d’ailleurs participé à un PopUp Paulette. On va dire que ça a vraiment explosé il y 2 ans quand j’ai sorti mes T-shirts avec des cœurs sur la poitrine. Ils ont cartonné ! J’ai eu pas mal de visibilité et c’est comme cela que les gens m’ont découvert avec Instagram et Facebook.  


Crédit photo: Sarenza 

Justement, avec tes T-shirts cœurs, tu as eu énormément de succès mais aussi quelques soucis avec la grande distribution. Quand tu es un petit créateur face à un monstre du textile comment fais-tu  ?
Tu ne peux tout simplement rien faire ! C’est très compliqué parce que ça ne s’arrête pas. Ce modèle a été énormément copié par des géants du textile. Il y a encore à peine 2 mois une grande enseigne anglaise sortait le même T-shirt. A part envoyer un mail on ne peut rien faire ! Ce ne sont pas tout à fait les mêmes à chaque fois, mais il faut savoir qu’il y a 3 ans, il n’y avait pas de T-shirts avec des cœurs sur les seins. 8 mois à peine après la sortie du mien, il y en avait partout ! Je ne veux pas paraître prétentieuse, mais je ne crois pas du tout au hasard dans cette histoire. Les T-shirts ont été vus partout dans la presse, chez les influenceuses, à la télé, etc. On ne peut pas se défendre contre ces grandes marques. Il n’y pas de communication, ni de recours possibles avec eux. Ça ne s’arrête pas en plus. Récemment, nous avons retrouvé notre T-shirt sur le plus gros site chinois de contrefaçons avec des photos de moi portant le T-shirt par exemple. On enchaîne les réclamations, mais il ne se passe rien ! Nous sommes vraiment impuissants, mais au moins on continue de se battre.
 
Quelle est la première étape quand tu penses une collection ?
Je fais des imprimés, ils sont parfois très imposants donc je veux des coupes très simples pour les vêtements. C’est aussi ce qui me ressemble le plus. Donc la première étape est de créer l’imprimé.  Ensuite, je choisis les couleurs et pour finir, la coupe sur laquelle je vais les poser.

Quelles sont tes inspirations ? Est-ce tu regardes ce que les autres font ?
Franchement, je ne regarde pas beaucoup ce que font  les autres. Tout se fait en fonction de mon humeur et de ce que j’ai envie de porter. Au début, c’était vraiment des formes inspirées de l’architecture, maintenant c’est vraiment au feeling et en fonction de ce que je choisis comme couleur. C’est vraiment la couleur qui va déterminer le motif. Si elle est claire ou foncée à un endroit ou à un autre, le motif sera complètement différent. Il n’aura pas du tout la même profondeur. J’ai beaucoup travaillé les motifs géométriques au début avec des couleurs très color block. C’était un peu enfantin, jaune, bleu, rouge, vert. Je suis un peu sortie de ça ! J’ai désormais envie de choses plus douces, plus féminines. Finalement, l’architecture représente un peu la rigueur que je n’applique pas à moi-même. Il y a des jours par exemple où je sais que je n’arriverais pas du tout à dessiner des motifs. Ça dépend aussi beaucoup des périodes.
 
Est-ce que l’on peut dire que tes formes géométriques ne représentent finalement pas ton caractère ?
Oui, un peu (Rires) !  Ou bien elles représentent un peu tout l’amas de bazar, de travail qu’est ma vie. Mais oui, sinon c’est le côté très quadrillé, très rangé qui n’est pas du tout moi en fait (Rires).
 
Comment as-tu procédé pour ta collaboration avec Sarenza ?
Pour Sarenza, j’ai pris des modèles de chaussures que j’ai l’habitude de porter. Des petites baskets, des mocassins et bottines. Ce sont des modèles que je mets au quotidien et que j’adore. On a fait des boots à talons et je pense que ce seront les seuls talons que je mettrai, car j’en porte très rarement.
 
Comment s’est passée ta rencontre avec eux ?
Pour la petite histoire, il y a 2 ans, je suis allée sur le site de Sarenza parce que j’avais vu une paire de mocassin à paillettes trop jolie que j’ai d’ailleurs acheté en double. C’était vraiment un coup de cœur, c’était tellement moi, ces chaussures à paillettes. Donc pour notre collab, nous avons repris le même modèle que celui que j’avais adoré chez eux. Il y a 2 ans, j’avais posté une photo sur Instagram de mes fameux mocassins avec une de mes jupes. Je ne sais pas si c’est de là que tout a commencé, mais ce que je sais, c’est que ma photo avait été likée par Sarenza. J’étais trop contente, je m’étais dit qu’il fallait que j’en poste de nouvelles pour qu’ils me remarquent et que nous fassions des choses ensemble. Quand Sarenza m’a approchée, je savais très bien ce qu’ils faisaient et quand ils m’ont parlé de faire une collaboration, je savais très bien que j’avais envie que ce modèle fasse partie de cette collab. On a commencé en décembre et la collection sort demain. Tout s’est fait très rapidement !
 
Est-ce qu’il y a  eu quelques désaccords sur les motifs et modèles ?
Non, pas vraiment, nous avons juste fait quelques modifications sur les couleurs et sur la tige des boots que je trouvais un peu trop haute, mais nous étions franchement assez d’accords sur tout ! Ce que j’ai adoré, c’est que j’ai vraiment été très écoutée. La collection Made By Sarenza est la collection créateur qui, je trouve, ressemble le plus à la femme d’aujourd’hui. J’ai pu choisir les modèles qui me plaisaient, les twister et apposer mes motifs dessus !

Crédit photo: Sarenza 

S’il y a 5 ans, on t’avait dit que tu lancerais ta collab avec Sarenza, qu'est-ce que tu aurais répondu?
Trop Bien (Rires) !!! Non franchement, j’oublie un peu, mais parfois j’ai des petits moments de réflexion et je me dis que c’est génial parce que j’ai tout fait toute seule. Même mes parents, qui m'ont toujours soutenue et encouragée, ne m’ont pas aidée financièrement sur le projet. J’ai mis peu de sous dans le projet au départ, ça a marché et aujourd’hui ça tourne tout seul ! Et c’est encore plus cool quand une marque comme Sarenza m’approche pour monter des projets qui sont énormes. On a pas du tout les mêmes problématiques, les mêmes productions et c’est vraiment chouette que Sarenza fasse appel à des petits créateurs. La visibilité est vraiment belle !

Peux-tu me parler un peu de cette collection ?
Elle sera en ligne à partir du 19 septembre jusqu’à ce qu’elle soit Sold Out. Très vite j’espère (Rires) ! Il y a aura plusieurs modèles de chaussures différents. Ainsi qu’un T-shirt en édition limitée à 50 exemplaires, uniquement disponible sur le site. On a voulu mettre en avant ce qui était chez moi mon IT, qui correspond à mon t-shirt cœurs. Il correspond d’ailleurs beaucoup à Sarenza en terme d’image. Il est jeune, fun et coloré ! C’est une grande première pour Sarenza, car jusqu’à aujourd’hui ils ne faisaient que des chaussures. 

Si tu devais qualifier cette collaboration en 3 mots ?
Je dirais : féminine, colorée et confortable. Ce n’est pas très sexy “confortable”, mais en même temps, nous avons fait des modèles faciles à porter et fun !
 
Comment as-tu pensé cette collection ?
C’est un peu comme les vêtements. Je suis très simple, même si j’adore avoir des imprimés partout ! Je trouve que c’est important de rester dans des coupes sobres, que ce soit pour les chaussures comme pour les vêtements. Les basiques sont à mon avis ce qu’il y a de plus chic ! Donc au final, j’ai choisi des modèles accessibles pour les habiller et les rendre originaux. Tout le monde n’aura pas des chaussures comme ça, on les trouvera nulle part ailleurs et c’est là tout l’intérêt de ce beau projet. L’objectif était vraiment de twister le look de la française à la rentrée avec des couleurs très pop. Même la plus classique des filles peut se permettre de mettre nos chaussures, car la forme est basique. L’imprimé c’est juste la touche originale qui finalement change tout dans un look.
 
La collection sort le 19 Septembre, qu’est-ce qu’évoque la rentrée pour toi  ?
Pour moi, la rentrée, c’est vraiment encore un peu l’été. J’aime beaucoup cette période, c’est un moment assez sympa. Tu retrouves tout le monde et en même temps tu as envie de renouveler ta garde robe. Même si je détestais l’école, j’étais toujours très excitée à la rentrée. J’adorais aller acheter ma trousse, mes stylos, mes classeurs, etc. D’avoir des cahiers tout neufs, tout propres ! C’est un peu ce que ça représente à mes yeux. Aujourd’hui, je n’achète plus de classeurs ni de trousses mais c’est un peu la même chose car je renouvelle ma garde robe, je me fais plaisir, je m’achète des nouvelles choses. Finalement, la rentrée, c’est le moment idéal pour acheter ma collection !

Tu es une jeune entrepreneure, quels seraient les conseils que tu pourrais donner aux Paulette qui aimeraient entreprendre comme toi et qui rencontreraient des difficultés  !
Je pense qu’il faut être très débrouillarde et adaptable parce que lorsque l’on lance un projet, il y a 1000 trucs à faire. J’ai décidé de me lancer dans quelque chose que je ne savais pas faire. Je n’avais jamais fait de vêtements ni de site internet et c’est en ça que je trouve qu’il faut être vraiment multitâches, parce que c’est vraiment un gros boulot. Je l’ai fait vraiment sans stratégie, je ne savais pas où est-ce que j’allais mais j’ai appris sur le tas. J’ai sûrement fait beaucoup d’erreurs, mais pour le moment je m’en sors et ça fonctionne. Il faut vraiment se faire confiance, avoir un peu de culot et ne pas hésiter à contacter les gens, à parler de son projet, etc. Il faut être très investie parce que ça ne se fait pas tout seul ! Si tu es débrouillard, en théorie, tu peux t’en sortir dans n’importe quelle situation !  
 
 
Les bonnes infos !!!

La collection sera disponible à partir du 19 septembre sur le site de Sarenza.
- Escarpins/Baskets = 99€
- Boots = 129€
- Mocassins = 109€
Le t-shirt sera disponible en édition très limitée ( 50 exemplaires)


Propos recueillis par Paule Thomas-Bayard 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.