EDDY DE PRETTO : UN GARÇON DANS LE VENT !

Crédits : Axel Morin

On avait misé sur lui dans notre numéro de rentrée, pour parler de cette nouvelle vague d’artistes pluridisciplinaires qui fait des ravages. Pari gagné ! Un mois après la sortie de son premier EP Kid, Eddy de Pretto est courtisé par les télés, les journaux et les radios. Et sa musique qui fait le grand écart entre Nougaro, Booba et Frank Ocean aura su trouver son public. Le parti pris était pourtant exigeant, frontal, direct, sans filtre, comme son auteur, et c’est ce qui nous avait séduites. Il sortira son premier album au printemps 2018. Son prochain concert à Paris fin novembre étant sold out, trois Cigales ont été ajoutées en début d’année prochaine. Téméraire et fonceur, Eddy aime quand la magie explose. Le voilà servi !

 

Dans le clip de Fête de trop, tu te filmes à travers le miroir des toilettes d’un night-club, le visage rougi par l’ivresse. Qu’est-ce qu’on ressent dans ces moments ?
Eddy de Pretto : (Sourire) Moi, ça m’a toujours amusé. De l’intérieur, c’est excitant. Tu testes tes limites. T’es défoncé et tu te demandes jusqu’où tu peux aller comme ça. Il y a une volonté de se dire : « Allez, c’est reparti ! » C’est aussi ça la vie, de la fête au danger !


Tu as beaucoup fréquenté le monde de la nuit. L’endroit où tu aimais t’enivrer ?
La Java, le PériPate, le Klub, la Station, des lieux assez indés, assez radicaux aussi et c’est pour ça que je les trouve intéressants. Il n’y a pas de dorure sur les murs. Au contraire. C’est de la pierre, des briques, des vieux sofas, un truc un peu dégueu. Bref des lieux de perdition totale !


Qu’est-ce qui t’a fait lever le pied ?
Ma situation professionnelle. Je suis comme un athlète. Un concert, pour moi, ça se prépare. Mon corps est mon outil de travail, donc si je commence à l’exploser à 20 ans, je suis mal barré. C’est du pur pragmatisme. Je tente d’équilibrer un peu plus les choses pour rendre la fête aussi agréable, mais un peu moins extrême.


FÊTE DE TROP


Tu as grandi à Créteil. Quelles images gardes-tu de ta banlieue ?
Je garde toutes ses briques. C’est les paroles de la chanson Beaulieue. C’est ce qui m’a rempli et qui m’a fait. Ça va paraître pompeux, mais j’ai hérité de la banlieue mon côté fonceur. Peu importe d’où je viens, avec qui je traîne, j’ai un objectif et je veux y croire. Voir des gens qui ont moins d’ambition que toi ou qui sont dépassés par leur contexte social ou familial, des gens qui se battent et d’autres qui passent à côté, ça m’a donné la hargne.


Qu’as-tu ressenti en passant le périph à l’âge de 20 ans ?
J’étais content, parce qu’en tant que banlieusard, tu as toujours cette frustration de ne pas être complètement parisien. J’ai vécu dans le XVIIIe arrondissement un moment, puis j’ai finalement déménagé à Saint-Ouen avant l’été. J’étais désenchanté. Moi qui aie toujours voulu vivre à Paris, je me suis rendu compte que ça n’avait rien de fou. Tu payes un loyer exorbitant pour paraître soi-disant plus cool. C’était d’ailleurs un de mes grands questionnements quand j’étais ado. Où est le cool ? Qui est cool ? Comment être cool ? C’est une problématique qui a disparu quand je suis venu vivre à Paris, parce que j’ai enfin pu être la personne que j’étais, cool ou pas cool.


À ce propos, tu préfères parler d’esthétique du « moche »…
(Rires) Oui, ça me plaît ! On est tellement allé au paroxysme du beau qu’on s’est un peu essoufflé. Me présenter face caméra avec des rougeurs partout dans le clip Fête de trop, c’est prendre le contre-pied de tout ça. J’ai expressément demandé à la maquilleuse de me rendre dégueu ! Aussi parce que je voulais être fidèle à une réalité. Dans la vie, t’es pas forcément éclatant tous les jours, et c’est ça qui m’attire. Quand j’ai eu mon premier « T'es moche » en commentaire de ma vidéo YouTube, j’étais super content ! J’avais réussi mon pari ! 


Crédits : Axel Morin

Tu critiques le règne de l’apparence et du cool dans tes textes. Est-ce que tu te sentais inadapté à un certain microcosme parisien ? 
Non, j’avais envie d’être encore plus dedans. C’est pour ça que je suis venu vivre à Paris. Pour être indépendant et pour me rapprocher de mon objectif professionnel. À Créteil, je me sentais toujours en marge avec mon époque. J’ai ressenti le besoin de fuir ce contexte pour faire des découvertes artistiques et ressentir le bouillonnement de l’intérieur. Et puis, tout ça a fini par me passer. Dans le milieu de la nuit parisienne, ce n’était pas si évident que ça d’assumer ce que je fais musicalement, de la chanson où l’on comprend complètement le texte, où je dénonce. Ce n’est pas vraiment le style musical en vogue dans ces milieux plus indés. Je me rends compte aujourd’hui que ma musique plaît à une autre sphère. Et plus ça s’ouvre, plus le milieu indé est curieux de voir ce que ce projet peut devenir. Peu importe avec qui je traîne la nuit, je suis un professionnel le jour.


Tu portes un masque le jour que tu retires la nuit, ou l’inverse ?
Non, mais je m’amuse à jouer différents personnages en fonction des personnes que je rencontre. Je suis un caméléon. Quand je vais quelque part, j’aime jouer le jeu à fond pour voir ce que j’en tire et les rencontres qui se font. Professionnellement, je suis beaucoup moins joueur que je ne le suis dans ma vie perso.

 
BEAULIEUE


La question du genre et des stéréotypes traversent plusieurs de tes chansons. L’environnement dans lequel tu as grandi t’obligeait à répondre aux critères de la « masculinité obligée » : faire du sport, te muscler, ne pas pleurer. Quel était ton exutoire ?
La musique, la danse et le théâtre. C’est là où je me sentais vraiment moi, le plus naturel et le plus simple. Je n’avais pas à jouer un double jeu
 

Quel est ton rapport au cinéma de Xavier Dolan ?
Xavier Dolan m’a beaucoup touché. J’aime comment il parle des différences, des femmes, du lien entre la mère et l’enfant. C’est des problématiques qui m’ont beaucoup questionné étant jeune. J’ai tué ma mère, c’est ma vie ! Je l’avais vu au cinéma d’art et d’essai et ma mère, de son côté avec une amie. On n’avait pas beaucoup échangé là-dessus, parce que rien ne s’échangeait entre nous à cette époque, mais on s’était tous les deux reconnus là-dedans.
 

Ton rapport aux livres d’Édouard Louis ?
Étonnamment, ça ne m’a pas trop parlé. Je voulais lire son premier livre. C’est d’ailleurs ma mère qui me l’a offert. Mais je n’ai pas réussi à rentrer dedans. Peut-être parce que ce n’est pas du tout ce que j’ai vécu. Lui, il s’est beaucoup bagarré à cause de sa sexualité. Je n’ai pas ressenti ces choses qu’il décrit.
 

En musique, c’est moins un sujet, en tout cas en France…
Je suis étonné que personne ne puisse le chanter. L’autre fois, on m’a dit : « Tu le chantes comme si c’était un acquis, comme s’il n’y avait pas de problème avec ça et que tu faisais ton coming-out ». Mais c’est ça, le plus dangereux. De devoir faire son coming-out. On nous demande d’annoncer officiellement dans un banquet qu’on est homo ! Je trouve ça problématique. Je me suis suffisamment bagarré, intérieurement parlant, avec ma sexualité pour trouver mes réponses et l’assumer naturellement dans mes chansons.


KID 

Quand tu es sur scène, tu te transcendes et essaies d’être au plus vrai. Tu appuies le sens des mots avec ton corps. Qu’est-ce que tu peux être ou faire que tu ne t’autoriserais pas dans la vie ?
Je ne fais pas de grands gestes dans la vie de tous les jours (Rires). C’est le grand moi qui s’exprime quand je monte sur scène. Ce monstre avec qui je me bagarre tous les jours et que je n’arrive pas tant à canaliser quand je suis sur scène. Parfois, il me bouffe et j’en tombe de fatigue. J’en tombe même sans voix. La scène, c’est du lâcher-prise. Un peu comme la recherche de perdition qu’on évoquait tout à l’heure dans la fête. Souvent, je ne me rappelle pas de mes concerts. Mais j’y vais chaque fois pour tout donner !
 

Chaussette-claquette, c’est swag ?
Swag à la maison et fashion faux pas à l’extérieur (Rires).
 

Casquette à l’envers ?
Fashion faux pas !
 

EDDY DE PRETTO :: Kid
Initial
Disponible depuis le 6 octobre 2017

En concert le 15 novembre à Lausanne (Bleu Lézard), le 16 à Villefranche (Festival Nouvelles Voix en Beaujolais), le 27 à Paris (Les Etoiles), le 7 décembre à Cenon (Rocher de Palmer), le 8 à Aubusson (L’Avant-Scène), le 14 à Châtenay-Malabry (Le Pédiluve), le 15 à Amiens (La Lune des Pirates), les 5 et 19 avril 2018 et le 5 mai 2018 à Paris (La Cigale)
 
 
Alexandra Dumont

Alexandra Dumont, 30 ans, Paris
Une lubie ? Des ananas en pagaille
Un plat ? La timbale de pâtes, une recette de famille
Une chanson ? Sinkane, Runnin'
Un endroit ? Saint-Louis (Sénégal)
Une fringue ? Un crop top
Une devise ? "On lit dans ses chagrins les regrets des plaisirs"

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.