DES CONFETTIS CONTRE LE HARCELEMENT



Au Mexique, de jeunes féministes luttent contre le sexisme de manière très originale : des flingues à confettis pointés sur les tempes de leur agresseur sous fond de musique punk.

"L'art ne reproduit pas le visible, il rend visible”. Cette phrase empruntée à Paul Klee que reprend le collectif “Las Hijas de la Violencia” (Les filles de la violence, ndlr) sur leur page Facebook semble être un écho à leurs actes. En effet, ces féministes qui agissent depuis plus d’un an contre le harcèlement de rue déploient des happenings pour sensibiliser les femmes à la cause et se faire entendre.



Par exemple, dans une vidéo de sensibilisation, elles montrent du doigt le caractère obsessionnel et dérisoire des hommes harceleurs. Cachés derrière des masques, des hommes aux mains oppressantes cherchent à tout prix à toucher les femmes qui passent devant eux dans la rue. On découvre en fait que les harceleurs sont des femmes déguisées en hommes. Un moyen de tourner en ridicule les hommes aux mains baladeuses et de les humilier publiquement dans un pays qui a l’un des taux les plus hauts de feminicide et de violence sur les femmes dans le monde.
Une fois la lâcheté des hommes critiquée, les féministes, en guise de réaction à ces comportements déplacés, ont décidé de ne pas rentrer dans le jeu des harceleurs et d’en rire au lieu d’en avoir peur. Résultat, elles brandissent face à eux des pistolets chargés de paillettes sur de la musique punk aux paroles équivoques.

“Ce que tu viens de me faire s’appelle du harcèlement
Si tu me fais ça de cette façon je réagirai
Sexiste, machiste,
Qu’est-ce que tu veux ? Montrer ta virilité ?
Tu me parles comme si tu allais me violer”


Un acte mis en avant dans la vidéo et qu’elles réalisent au quotidien, dès que quelqu'un franchit les barrières dans la rue. La preuve en video :



Sur le site Dazed, les filles expliquent “La première réaction des hommes c’est le choc. D’ordinaire, ils nient le fait qu’ils étaient en train de nous harceler et essaient d’en rire et de détendre la situation. En fait, c’est parce qu’ils se sentent ridiculisés qu’ils rient jaune”.

Las Hijas de la Violencia n’ont pas la prétention de changer le monde mais de changer le leur. Celui des femmes qui se font harceler tous les jours. En France, il existe plusieurs groupes féministes qui tentent de lutter elles aussi, à leur manière, contre la discrimination et le harcèlement. On connaît le collectif La Barbe, où des femmes s’affichent avec des barbes, mais aussi les Femen, qui arborent avec fierté leurs seins nus en guise de protestation. Dernièrement, Le Collectif Culotte Gate a monté une action pour protester contre la décision du gouvernement de ne pas baisser la TVA sur les protections hygiéniques. Parallèlement, le groupe Oui Oui Oui s’active pour faire valoir le droit au mariage pour tous, à la filiation et à la PMA.

Des actions importantes qui nous prouvent qu’il est toujours nécessaire d’agir plutôt que de subir.

> Article écrit par Mathilde Perrigault

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.