DANS LES COULISSES D’UNE DEMANDE EN MARIAGE



Ce sera probablement l'un des plus beaux moments de votre existence. Ce jour là, il prendra son courage à deux mains et vous posera la question d'une vie. Peut-être même choisira-t-il de faire sa demande en vous présentant un solitaire qui vous éblouira avant de venir embrasser votre main gauche. Mais les filles,
i
maginez-vous seulement toute la logistique derrière cette demande? Pour en savoir plus, on vous propose de vivre le parcours d’un Georges, à la recherche de la bague parfaite pour sa Paulette. Rêve ou cauchemar, il nous dit tout !
 
Ca y'est, c'est décidé. Après plusieurs années de vie commune, et quelques signaux envoyés de façon plus ou moins discrètes, je suis prêt à franchir le pas. Dans quelques jours, je demande ma belle Paulette en mariage. L'excitation monte, les scénarios se bousculent, tous plus variés les uns que les autres, à une exception près : cette demande se fera avec une bague de fiançailles, pour sûr !
 
Très vite, les doutes prennent pourtant le pas sur l'excitation: du haut de mes 26 ans, je suis encore novice en matière de demande en mariage ! Qui pour m'aider ? Le frérot ou les potos ? Impossible, elle doit être la première au courant. Et si je lui présentais discrètement une sélection de bagues sur internet ? ça gâcherait l’effet de surprise… Il faut se rendre à l'évidence, cette fois mon gars, tu es bien seul face à ton destin !
 
Seul ? Pas tout à fait. Mon ami Google est là pour glaner quelques infos précieuses. Commence alors le marathon des sites internet : De Beers, Chopard, et soyons fou, Chaumet…  J’en prends plein les yeux, ça brille de mille feux ! De la bague camélia au solitaire 1895, du doré à l'argenté, du diamant au saphir, du très très beau au très très moche. Il y en a pour tous les goûts ! Pas évident de faire son choix, surtout quand certains bijoutiers choisissent de ne pas la jouer franc-jeu et d'accompagner leur produit d'un pudique  "Prix sur demande".  Rassurant…
 
Ma première sélection faite, je décide d'aller tester le produit sur le terrain, après avoir pris soin de prendre le tour de doigt de Mademoiselle (astuce : choisir une bague qu’elle met tout le temps et mesurer -en secret- la circonférence).
Premier réflexe : où est ce que je trouve un endroit à Paris où l'on vend des bijoux ? La place Vendôme, bien sûr ! Quand j’y pense… On reconnaît bien là le novice de la demande de mariage… Me voici donc lancé un samedi après-midi à la recherche du diamant qui saura plaire à ma chère Paulette.
 
Toutes les maisons de joaillerie se tiennent les unes à côté des autres, avec des vitrines toutes plus brillantes les unes que les autres. Je décide de commencer par Cartier. La boutique est magnifique, l'accueil particulièrement soigné, bref, tout est mis en œuvre pour qu'on ressente la magie des lieux ! Mon hôte, Eric*, m'amène dans l'espace réservé aux demandeurs en mariage, et me propose de faire mon choix parmi les nombreuses pièces à disposition. Jusque là, il n'est pas question de prix mais de rêve!
 
Et puis rapidement, la douche froide. Eric m'annonce la somme pour mon premier choix : 15 000€. Rien n'est trop beau pour ma douce Paulette, mais de là à commencer sa vie maritale avec un emprunt sur 5 anse… Après trois essais, il faut bien se rendre à l'évidence : la magie Cartier, ça ne sera pas pour tout de suite !
 
Les magasins s'enchaînent, il y a du beau, du très très beau. Mais malgré tous mes efforts, je repars sans avoir trouvé la perle rare, la bague idéale qui répond à tous les critères fixés : du simple, du beau, tout en restant dans un prix raisonnable.
 
Un peu dépité, je tente à nouveau ma chance sur internet. Et là, le déclic arrive : Adamence. Des diamants montés sur de l'or blanc, une bague simple qui correspond surtout à ma chère Paulette ! Ca y est, je tiens mon écrin ! Le passage en showroom confirmera mon choix. Ça valait vraiment le coup de persévérer.
 
Mais, le plus dur commence. L'attente sera longue, trois semaines pour monter le bijou. Trois semaines pour travailler mon scénario de demande en mariage, mais ça…c’est une autre histoire !
Aujourd'hui, je suis heureux. Non seulement sa belle Paulette est ravie de son bijou, mais elle a surtout fait de moi un futur marié ! Oui, elle a dit oui !

* Le nom a volontairement modifié (je ne sais pas vraiment pourquoi mais ça me donne l’impression d’écrire un important roman)

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.