COUP DE CŒUR DE LA RENTRÉE LITTÉRAIRE : ÊTRE ICI EST UNE SPLENDEUR DE MARIE DARRIEUSSECQ



Paula Modersohn-Becker voulait peindre et c’est tout. Elle était amie avec Rilke. Elle aimait le riz au lait, la compote de pommes, marcher dans la lande, Gauguin, Cézanne, les bains de mer, être nue au soleil, lire plutôt que gagner sa vie, et Paris. Elle voulait peut-être un enfant. Elle a existé en vrai, de 1876 à 1907.


Mais elle est morte suite à un accouchement raté. On peut imaginer la scène : on lui a sûrement dit de se reposer dans son lit au milieu de couvertures qui piquent la peau. On a dû lui répéter que tout irait bien malgré sa sensation profonde que quelque chose clochait, quelque chose qui lui arrachait le ventre, ou plutôt, soyons précis, ses ovaires, son utérus. Bref, tout ce qui lui a permis d’attendre un enfant, de devenir mère et de mourir comme des milliards de femmes à travers les siècles se sont effacées en donnant la vie. Il y en a encore aujourd’hui, parce qu’elles sont pauvres, parce qu’elles doivent marcher des jours entiers pour dénicher un hôpital où le mot gynécologue est tabou ou parce que comme en Chine, le corps de la femme ne lui appartient pas. Ainsi, il était une fois une jeune chinoise qui souffrait terriblement lors de son accouchement. Elle demande une césarienne. Son mari et ses parents refusent. Elle devra enfanter dans la douleur. Elle n’en peut plus. Elle se jette par la fenêtre. Ceci est une histoire vraie.  Il y a quelque chose de pourri dans le royaume des hommes.

Tête d'une petite fille (Kopf eines kleines Mädchens), peint vers 1902 par Paula Modersohn-Becker

Revenons à Paula. Elle a voyagé un peu et elle a contemplé beaucoup. Elle a peint des enfants, des paysages, des tomates et des citrons, mais elle n’a pas eu le temps de dessiner sa fille. L’écriture fluide et vivante de Marie Darrieussecq est agréable au lecteur et on perçoit l'affection de l'écrivaine pour cette artiste assez méconnue en France et qui pourtant, mériterait sa petite place au soleil...

Bonne lecture !

Être ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker, de Marie Darrieussecq, Éd. Folio Gallimard, paru le 14 septembre 2017, 5.90€

> Article de Sandrine Capelle
 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.