CARTE POSTALE : VIETNAM

Partager:
Illustration, Hélène Gruenais

Chào Paulette,
 
Quand cette carte postale arrivera, cela fera sûrement des mois que je serai rentrée, car il faut dire que le service postal communiste réserve parfois des surprises dans les délais. J'ai donc passé plus de trois semaines au Vietnam et que dire sinon quel dépaysement !

 
Déjà, il faut savoir que le Vietnam est l'un des cinq pays du monde à être sous régime communiste, avec parti unique tout puissant, grosse propagande (le héros de la nation est Ho Chi Minh, représenté comme un grand-père à l'attendrissante barbichette) et censure - de temps à autre.

Mais, à l'image du socialisme de marché chinois, le Vietnam s'est ouvert au commerce extérieur. Du coup, on a un pays revendiquant les idées de Marx mais dont les rues sont couvertes de publicités et de boutiques incitant à la consommation. Et il y a même des restaurants KFC !

 
Le pays a deux pôles importants et très différents, qui jadis se faisaient concurrence. Hanoï, au nord, qui est la capitale du pays. Au sud, Saigon, le centre économique du Vietnam et la ville la plus peuplée (sept millions d'habitants).
Pour parcourir les 1100 km qui séparent ces deux cités, on peut soit prendre un vol intérieur, soit, pour les plus courageux, le bus. Mais il faut savoir que les routes sont dans un piteux état et qu'on peut parfois mettre huit heures pour parcourir seulement 300 km (pour de vrai).
Les bureaux de tourisme sur place proposent des "sleeping buses", des bus équipés de lits superposés disposés en trois rangées (des ceintures de sécurité ? Jamais entendu parler). Pour optimiser davantage l'espace, ils ont raccourci la longueur des couchettes, ce qui ne gêne pas forcément les Vietnamiens, plus petits que nous, mais peut être une torture pour un occidental de passage. Une sacrée épreuve donc !
 

 
En parlant de route : passez une journée au Vietnam et vous verrez plus de scooters que dans tout le reste de votre vie. L
es habitants ne se déplacent pratiquement que comme ça. Et ils font des choses extraordinaires avec. On a vu notamment un gus roulant avec un grand frigo calé sur son porte bagage. Il conduisait d'une main tandis que l'autre s'assurait que sa cargaison ne tombait pas. Et il y a un tel monde sur les routes…
On se demande bien quand dorment les Vietnamiens, tant il y a de l'agitation tout le temps. C'est d'ailleurs un problème pour les hôtels : les rues étant toujours bruyantes, ils préfèrent proposer des chambres sans fenêtres plutôt que d'avoir des plaintes des clients concernant le bruit - avis aux claustrophobes.
 
 
Saigon, rebaptisée Ho-Chi-Minh-Ville par les communistes, est la ville la plus dynamique du pays. On y construit de grands buildings, la population est plus jeune et sort davantage, le vent de liberté souffle plus fort ici qu'au nord à Hanoï. Il y a un quartier très touristique où se concentrent la plupart des hôtels et des restos pour routards.
C'est là aussi que sortent les jeunes, dans des bars branchés. Mais qui dit afflux de touristes dit argent, et on ne peut pas faire cinq pas (littéralement) sans être abordé par un vendeur de lunettes de soleil ambulant ou un cireur de chaussures.
 

 
C'est à Hanoi, la capitale politique, que l'on retrouve le plus l'esprit communiste du Vietnam. C'est d'ailleurs là-bas que l'on trouve le mausolée d'Ho-Chi-Minh. À la mort du grand homme, le parti communiste vietnamien s'est inspiré du mausolée de Lénine à Moscou et a érigé un grand bâtiment de marbre.
Et comme son homologue soviétique, on trouve dans ce mausolée le corps d'Ho-Chi-Minh dans un cercueil de verre, conservé ainsi grâce à une multitude de produits chimiques (il ressemble d'ailleurs plus à une statue de cire qu'à autre chose maintenant).
Les touristes mais aussi les Vietnamiens ne manquent pas d'aller le voir, par curiosité pour les premiers, pour rendre hommage pour les seconds.

 
Et évidemment, on ne peut pas aller au Vietnam sans passer une nuit sur une Jonque-hôtel dans la fameuse baie d'Along. C'est archi touristique, mais le lieu le vaut bien. C'est un endroit magnifique où l'on pourrait faire la planche pendant des heures, en regardant, émerveillé, les milliers de petites îles qui nous entourent.
Ah, j'aimerais y rester éternellement.
 
 
Je n'ai même pas eu le temps de parler des temples visités, des personnes rencontrées, des tonnes de riz avalées et des balades en bateau sur le Mékong ! Les cartes postales, c'est décidément trop petit pour un pays comme le Vietnam.
 
> Pour ceux qui ont envie d’aller plus loin, découvrez l’article de Marie sur les clips vietnamiens qu’elle a pu voir pendant son séjour !
 
VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.