CARTE POSTALE : BERLIN



Aux antipodes de sa grandissante réputation de cité übercool, capitale européenne de nuits sans fin, Berlin n’est pas une ville facile à vivre.

Au contraire de Paris et de sa beauté pompeuse et m’as-tu-vu, l’architecture de Berlin lui donne une aura plus banlieusarde, métallique, dépareillée. Vous vous promenez sur la clinquante Friedrichstrasse pour quelques pas plus loin vous retrouvez sur une artère morne. Berlin est froide et boudeuse au premier abord, apprendre à l’apprécier demande de donner de sa personne.



Mais une fois apprivoisée, la ville se révèle un lieu fantasque et fantastique, où les bars les plus cosy se trouvent dans les recoins les plus sombres, où des parcs magnifiques se dressent au milieu de cités, où de vieux entrepôts se transforment en clubs uniques la nuit tombée. La ville est immense et un seul quartier pourrait se voir consacré des livres entiers.



Tentons la sélection : Kreuzberg, sa très hype Bergmanstrasse, le canal marquant la limite avec Neukölln. Le quartier très populaire Kottbusser Tor, son immense Parc, sa piscine sur la Spree, ces petits cinémas, son marché turc et ses excellents bars au bord de l’eau.



Plus loin, Warshauer Strasse et ses clubs délirants. D’Alexanderplatz à Brandenburger Tor, les quartiers chics mais peu cher, le parlement, l’île au musée, la Grande Porte. En dehors du centre, le quartier de Zehlendorf, sorte d’îlot féérique, incroyable dans un milieu urbain.
 
>Visites à faire, par quartier : 

Kreuzberg : Bergmanstrasse, le club Gretchen, le parc de Tempelhof, le restaurant India, le canal.
 
Kottbusser Tor : le Kotti Bar, le kebab Kotti, la Badeshim (piscine), le marché turc, le Bier Garden, le Chalet.



Warshauer Strasse : le Berghain, le pont Warshauer Brücke, le début de Friedrichsain.
 
Alexanderplatz : l’île aux musées, Friedrichstrasse, la Grande Porte, Gendammarkt.
 
Zehlendorf : le quartier en entier, le lac.

 


Même durant ses mois les plus froids, Berlin a énormément à offrir. Ses parcs, ses bars, ses rues, ses squats, et surtout ses gens, eux qui ont "la démence de vivre".  
 
Julie K

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.