BOUQUINS : TENDRESSE ET ÉMOTIONS

Partager:

>Visions de Barbès, de Jeanne Labrune

 
Jeanne Labrune a écrit et réalisé de nombreux longs-métrages pour le cinéma dont certains co-écrits avec Richard Debuisne, son compagnon et acteur de prédilection. Richard Debuisne. Un prénom et un nom. Un amour éternel. Jeanne nous conte la mort de ce Richard. Il n’y a pas de happy end. Le petit poucet n’a pas retrouvé le chemin de la maison. La maladie a été la plus forte. Elle a tout saccagée sur son passage.
“Reste le bistrot où on buvait des cafés avec un nuage de lait, les voisins, les bruits de la ville, les vendeurs de roses et le lit conjugal amputé d’un être.” L’écriture de Jeanne Labrune est douloureuse mais également généreuse. Malgré la douleur, elle continue à s’intéresser aux mortels que nous sommes. Les mots jaillissent pour décrire le quotidien de gens qui ont peur de louper leur métro, les clochards qui dorment sur le bitume…Le livre s’achève par un tout petit texte où l’écrivain raconte qu’elle plante des tulipes et des narcisses parfumés dans sa cour. C’est joli, c’est précieux. Il y a de l’espoir. Bientôt l’été.
 
Editions Grasset
Sortie le 2 mai
Prix : 18 euros
 
>Une lame si douce, de Jochen Jung

 
Ute accompagne sa fille de 25 ans faire une mammographie à l’hôpital, après une dispute féroce. Elle décide d’attendre sa fille dans la voiture au fond du parking. Un homme intrigué par son attitude vient lui demander si tout va bien. A la veille de son cinquantième anniversaire, toute la vie d’Ute est bouleversée. Cette femme indépendante, qui a élevé sa fille seule et qui a toujours traité ses amants avec distance et indulgence, va rencontrer un inconnu et remettre en cause tout l’équilibre affectif précaire sur lequel elle a fondé sa vie. C’est un roman extrêmement touchant parce qu’il nous parle de nous, de nos fantasmes plus ou moins conscients. Le coup de foudre, la rencontre, l’envie de changer de vie, de transformer son quotidien en film hollywoodien sans les effets spéciaux mais avec cette petite folie douce qui nous donne envie de prendre sa voiture non plus pour aller au boulot
 
mais pour se retrouver au bord de la mer, à jouer avec un cerf-volant. Un roman tendre à mettre entre toutes les mains.
 
Editions Métailié
Sortie le 2 mai
Prix : 14 euros
 
>La Maison Tellier, de Maupassant

 
Maupassant est un auteur qui a écrit des classiques qui restent contemporains. J’ai un vrai coup de cœur pour sa nouvelle La Maison Tellier et ne me lasse point de la découvrir parce qu’elle est selon moi, juste et humaine. Voici des prostituées qui arrivent dans un village pour une communion. Les villageois sont stupéfaits. Elles entrent dans l’église, elles prient, elles entourent les enfants, elles versent de grosses larmes chaudes et sincères. D’un coup, grâce au génie de Maupassant, loin d’une hypocrisie moralisante, elles se transforment en être humain et elles aussi, ont le droit au respect et à la compassion. C’est délicat et généreux. A lire et à relire !
 
Editions Folio
Sortie le 10 avril
Prix : 2 euros
 
>Premières vendanges, de Wandrille et Anne-Lise Nalin

 
Inès, Laetitia et Caroline, trois amies entre 18 et 20 ans, découvrent le travail harassant des vendanges. C’est l’apprentissage de la cohabitation, du partage et de la dégustation de vin. Au cœur des vignes, elles vivront dragues, amitiés et inimités. Pour Laetitia, cet été sera celui du passage à l’âge adulte, une sorte de rite initiatique qui agira comme un révélateur. Voici un été loin des parents, après le stress des examens, on a hâte de vivre, d’avoir sa première paye et de vivres ses premières expériences amoureuses. Un été où des jeunes filles vont devenir des jeunes femmes. Voici venu le temps des fleurs et des adules en devenir. Une aventure à endurer avec le sourire et quelques morsures !
 
Editions Delcourt
Sortie le 23 avril
Prix : 14.50 euros
Sandrine Capelle

Sandrine, journaliste littéraire, 30 ans, Paris
Une lubie ? Me lever en pleine nuit pour manger un morceau de camembert trempé dans du ketchup
Un dessert ? Le Paris-Brest
Un film ? Les amants, de Louis Malle
Un endroit ? N'importe quelle plage dans le monde
Une fringue ? Les mitaines

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.