BOUQUINS : HAKUNA MATATA



Sandrine vous présente 2 livres qui vous donneront envie de profiter de la vie en 2014 !


>Le Saut du requin, de Romain Monnery
 
Dans ce roman, il y a une jeune femme prénommée Méline,  qui se dévalorise un peu tous les jours pour bien être au fond du gouffre et un jeune homme répandant au doux nom de Ziggy,  qui pense être au top of the world en glandant sur son canapé, payé royalement par ses parents.

La jeune femme et le jeune homme se rencontrent. Forcément, Choupette en tombe raide dingue amoureuse et, of course, Bad Boy en profite un peu beaucoup. Après un an d’une histoire en dents de scie, Méline aimerait que la relation évolue, du style, on pourrait partager nos gants de toilette et le loyer. Mais Ziggy est un homme qui veut rester aussi libre qu’un lion qui rugit toute la sainte journée mais le soir venu, se jette sur des carcasses prédécoupées par le soigneur du zoo. Méline craque et décide de reprendre sa vie en main, en mode je suis une belle gosse  et  je sors tous les soirs jusqu’à ce que je crève heureuse et épanouie !

Le saut du requin est une expression employée pour décrire ce moment de chute d’audience dans une série  à succès où les scénaristes créent une situation absurde pour en relancer l’intérêt. C’est exactement ce qui se passe, selon Romain Monnery, dans toute relation amoureuse sur le déclin.  Garanti sans requin ni marteau, ce roman explore le fonctionnement d’un couple un peu beaucoup perdu entre sentiments cachés et  sexualité faussement débridée. Allez, on fait le grand saut et on dévore cette comédie littéraire pour commencer l’année avec humour et fracas.
 
Le saut du requin, de Romain Monnery
Ed. Au diable vauvert
Prix : 17 euros
Parution le 9 janvier.
 
 
>Etienne regrette, d’Antoine Sénanque
 
Le graffiti humiliant d’un élève aura suffi pour qu’Etienne Fusain, professeur de philosophie morose, décide de changer de vie. Il quitte travail, famille, et part retrouver son vieil ami d’enfance. Commence alors une errance réjouissante, cure de jouvence, d’immoralité, d’excès et de tendresse. Qui n’a jamais été tenté par le fait de larguer les amarres pour quelques jours ou pour toujours, ne lève pas la main !

Modifier sa destinée, bouleverser son quotidien, en quelque sorte, déguiser son identité pour être quelqu’un d’autre. On ne peut pas nier le fait que de franchir le pas, est source de terribles souffrances pour ceux qui restent à quai. C’est comment dire, égoïste. Le mot est présent. C’est une évidence.
 
Mais accepter d’exister, ce n’est pas neutre. A certains moments, le chemin est cabossé, si ce n’est accidenté. C’est la vie mais franchement les Paulette, je termine mes propos avec deux mots chantants : Hakuna Matata !
 
Etienne regrette, d’Antoine Sénanque
Ed. Grasset
Prix : 18 euros
Parution le 8 janvier
Sandrine Capelle

Sandrine, journaliste littéraire, 30 ans, Paris
Une lubie ? Me lever en pleine nuit pour manger un morceau de camembert trempé dans du ketchup
Un dessert ? Le Paris-Brest
Un film ? Les amants, de Louis Malle
Un endroit ? N'importe quelle plage dans le monde
Une fringue ? Les mitaines

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.